le somnanscribouillard

ou

Comment Bart Heldi, buveur invétéré et double médaillé de mauvaise foi chronique, s’aperçut un matin glacial de novembre qu’il était écrivain.

William N’Paï & Sophie Lucide

in http://www.livresatelecharger.com/mag/magdeuch/

 

Elevé dans une communauté hippie, Bart Heldi n’avait jamais mis un pied dans une école.

Lire la suite

Dernier texte avant Invente-Erre.

Si je m’attendais…Qu’est-ce qui te prends de débarquer sans crier gare, je te croyais perdue, mon innocence, oubliée, engloutie, où étais-tu donc passée ?

J’ai toujours été là, je ne t’ai jamais quittée, c’est toi qui as fait semblant de m’effacer, mais tu n’y es jamais vraiment parvenue, n’est-ce pas ?Lire la suite

Paris, années 50

Paris, années 50

 

Sur la photo en noir et blanc, Jean-Claude a treize ans. C’est lui, assis sur le muret, les mains cachées sous les cuisses, les cheveux en bataille, le regard cerné, la mine taciturne. Mi-étonné, mi contrarié. Etonné par la présence inédite du paternel venu là essayer un appareil photographique trouvé au marché, noir comme lui.… Lire la suite

Chroniques d’une ménagère assise (3)

Une bête entre mes murs

Depuis combien de temps la bête est-elle tapie entre les murs, je n’en sais rien mais elle continue de creuser inlassablement et je suis son parcours en l’entendant gratter toute la journée. Je la crains en vertu de je ne sais quelle raison, parce qu’on se ressemble sans doute.… Lire la suite

Si vous ne m’aimez pas, je dois dire que je ne vous aime pas non plus….

pialat cannesDu poing rageur au bras d’honneur en passant par un doigt que je pose sur le i, je déclare la cérémonie de l’hypocrisie close, comme vos maisons celées, vos fenêtres condamnées, vos esprits étriqués, vos bons sentiments qui puent le rance quand vous parlez de tolérance, la bouche en cul de poule, la langue chargée de fiente.… Lire la suite

Sans arêtes…

Le pays, sage, n’offre à la vue que squelettes de poissons érigés, fiers dans leur dénuement.
Toutes ces arêtes noircies par la suie échappée des pots de nos bagnoles….
J’ai commis une dernière folie en écrasant la pédale de l’accélérateur. Alors toutes ces arêtes se sont mises à danser sur le pare-brise, dans un concert grisant de silence.… Lire la suite