H. Hypocrisie ou hâblerie…

Hypocrisie ou hâblerie…

Ha ! Le H, enfin ! Heureusement qu’il est là ! Il vous fait hallebardier et dessine un halo au dessus du hangar des idées bizarres. Au hit parade des marronniers se hissent les hommages hétéroclites dressés par des hommes-sandwichs qui agitent leur hochet, histoire de se faire mousser.

S’en suit un happening sans fin, aux douteux hémistiches, dans lequel l’auteur n’hésite pas à se transformer en héros. Il hennit à hue et à dia sur l’hérésie troublant la charmante harmonie qui régnait jusque là. Il harangue son auditoire, donne l’hostie d’office aux lecteurs de son hagiographie et lâche la menace : ce sera l’hécatombe si d’aventure leurs brûlants hématomes se changeaient en hémorroïdes, comme le laissent penser ces histrions honnis, les hors la loi, ceux qui font du hors piste…

Les poils de leur plumeau desséché se hérissent dans un soubresaut pathétique. Douloureux handicap pour ceux qui se nomment eux-mêmes humbles plumitifs. Ils n’ont qu’une hantise, bien cachée sous leur haine : finir seuls à l’hospice, être hors-jeu, victime de leur propre hermétisme.

Les martyrs autoproclamés se plaignent de harcèlement systématique d’une poignée de hussards hallucinés : une harpie et un homme-grenouille, ou bien est-ce le même homme orchestre qui diligente cette harde à coup de hachoir ? Un horrible Hannibal ayant abusé d’harissa, hostile aux hi-han des humains ? Hum…. Les hypothèses vont bon train, et bientôt se transforment en huées. Non ! Qu’on se le dise, l’honnêteté ne sera pas humiliée par un hurluberlu sous prétexte d’humour ! Non, cela ne sera pas !

Les harkis s’organisent à coup de pétitions anonymes. Happés par leur propre hargne, ils sont comme sous hypnose, entonnent en chœur un hymne hébété fleurant bon l’hystérie collective, pris dans un formidable hurricane qui les grise mieux que du haschisch.

Hagards, l’œil torve, la plume à l’air, ils n’éprouvent aucune honte à hypothéquer la bêtise homologuée à renfort de hoquets, pour vaincre l’hydre qui les nargue. Ils mettront le holà aux humeurs printanières des hooligans se prenant pour des huiles. Heurtés par ce huron qui les houspille en fustigeant leurs historiettes, ils choisissent l’homéopathie pour remède, une curieuse hyperbole au titre savant : «  la horde hétérodoxe ». Hourra !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *