J. Jeu du je

Jeu du je

A chaque jour suffit sa peine, vous aurez vite fait de le remarquer une fois le jargon du mode d’emploi décrypté. Juché sur vos ergots, vous jetez un œil au journal à l’heure du petit déjeuner. Juste un détail à préciser : attention à l’utilisation du « je », même dans la fiction, sous peine d’avoir à vous en justifier jusqu’à plus soif.

Est-ce l’immédiateté du Net qui empêche toute forme de recul ? Possible. Jongler avec les différents niveaux de réalité revient à tendre la joue, devenir sujet de jacasserie ou simple joujou jetable.

Et si, par malheur vous touchez le jackpot, la jalousie jaillit aussi vite que l’ennui. Ne jamais prendre par-dessus la jambe les joutes qui jalonnent vos écrits juteux. Ils juguleront votre jubilation et feront jaser les (con) jurés.

Dans le joli jardin aux senteurs de jasmin, il vous faudra insérer un jeton dans le juke-box si le jobard que vous êtes entend faire la java. Sous les jappements, vous aurez pris soin de joindre la jaquette du joyau qui jouxte votre jouissance. Les juges vont ont jaugé ? Conservez votre jovialité et jurez de laisser le terrain en jachère, tel que vous l’avez trouvé.

Jaboter- Jamborée- Joncher- Jouer- Jugeote- Jules- Juxtaposer…

2 réflexions au sujet de « J. Jeu du je »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *