S. Suicides sordides…. Ça sent l’sapin….

Suicides sordides…. Ça sent l’sapin….

Pas une semaine sur le site sans annonce scabreuse par le sacristain de service. Si vous trouvez ça saugrenu, que vous semblez sceptique ou restez sourd à la sensiblerie séculaire, c’est, décidément que vous n’êtes qu’un sinistre salaud !

Il s’agit d’assister à la saignée, participer au sacrifice suprême et si possible saluer le scandale en soupirant savamment ou mieux, sangloter de conserve face au sarcophage.

C’est la même salade qu’on vous sert en guise de scénario ; un sketch simulé par les sado-masos, sponsorisé par les scribes sans scrupule dans une salve de sermons ressassés.

Saperlipopette ! Vous voilà spectateur obligé d’une séquence satirique à laquelle il s’agirait de surenchérir en serments illusoires sous couvert de salubrité publique. Danser la sarabande, scander le scherzo d’une sonate sclérosée, se joindre au simulacre, jouer de simagrées, pour seulement faire savoir à la société virtuelle que vous n’êtes pas sans-cœur, et surtout que vous participez de cette séance sectaire en vous plaçant sur le devant de la scène…

Au sommaire, en face du sablier, un scénario certes insipide : l’annonce d’un suicide, une sorte d’appel au secours scarifié au scalpel, écrit au sang. Si vous haussez les sourcils, d’autres sortent stéthoscopes et sifflets. Ceux qui se trouvaient dans le secret lancent le signal de la mascarade en décidant, en guise de sacerdoce, de créer une chaîne de solidarité. C’est ça la solution ! Aussitôt, certains saupoudrent leurs sornettes du sachet sulfurisé qui les fait pour un instant sorciers. Les sbires secouent le scoop en associant leur seing sur la page du sauvetage. Les samouraïs s’agitent (sous l’effet du saké ?), les sophistes se fendent d’un sonnet sur ce succédané de Sardanapale. La sauce est savoureuse, le succès est grandiose…

Mille sabords ! Personne pour semer le sarcasme face à ce simili séisme ? Les schizophrènes se soignent ainsi ? Par ces suées somatisées, leur santé préservée par les soirées sans sommeil où l’on guette le dernier souffle du dernier sursitaire ? Ah, une envie de sacrilège m’assaille salement…. J’irai pisser sur vos sacro-saintes saillies quitte à les transformer en saturnales. Le son sardonique que vous ne pouvez pas sacquer, c’est celui de Satan himself, à mon service…. Le sens des fosses septiques semblent guider sa sentence ; les souffreteux au supplice examinent leurs selles comme au grand soir, voici le gai savoir ! hahahahahaha !

Ils se sentent salis et réclament la sanction pour les saltimbanques de la saga sinistre devenue salsa sauvage.

Saisis de soliloques devant la sépulture ils serinent dans un style qu’ils souhaitent sibyllin : « c’est pas une sinécure »

Vous souriez enfin quand les vieux schnoks, entre deux cuillérée de leur soupe sans sel vous traite de satyre….

Sabotage- sadique-sanction-satellite- savoir- scélérat schématiser- schisme- scission- script-sédition-service-servile- sinistrose-soupçons-stigmates de la stupidité-style-subir- symptôme-synecdoque-syndrome-synthèse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *