Love Manon

C’est une île Manon

Une île imaginaire
Nul n’en a la clé
Envolée
Dans ses rires de grelots

C’est l’horizon Manon
Comme une ligne de démarcation
Entre la peur et l’imagination
Dans les yeux de Manon

C’est un champ de blé Manon
Un jour venteux d’été
Où l’on ne peut faucher
Les cheveux de Manon

C’est aussi toutes les saisons
Toutes les couleurs
Les barrières de la raison

C’est tous les éléments
L’eau de ses larmes qui coulent
Sur les vallées de ses joues en feu
Et qui déboulent
A l’orée de sa bouche rosée
Aussitôt avalées
Dans un rire cristallin

Le rire de Manon
Ce sourire
Sa main
Demain… Lire la suite

EntreSol

Le sédentaire quittant le cimetière au lever de la nuit
Pressait du talon les plants de pissenlits
L’espoir collait à l’herbe ses petits pistils
Hors de la chaussette  gisait le cauchemar de l’urne
Qu’entourait le souffle vague du filleul de Satan
L’acuité se dissimulait contraire au vent
Du Temps qui Passe
Et s’échouait en pesant chaque heure de chaque semaine
Le vieil homme voulait qu’on le devinât bien et de face
Serais-je offerte au fonctionnaire de l’amour-mort
Et de la ligne noire sous forme blanche que vous ne nommez pas oubli
Les cendres s’éteignaient brusquement loin des saules pleureurs
L’homme éclairé se pencha sur la voie de chemin de fer
Dans le hall de la gare les silences se faisaient obliques
Les parjures de jour semblaient d’abord rendus :
Les poissons séculaires les coups de poing dans l’eau
S’écartaient au bassin du vieillard disgracieux
Attrapé sur le fil des opaques rancœurs
Une usine se fermait chaque nuit
A la porte on liquidait tout espoir d’avenir
Et tout le monde survivait maintenant grâce aux aides gouvernementales
Des menteurs qu’on ne sait s’ils sont plus froids que les réalités tombales
Les autres contrairement à l’homme commençaient à voler
Par delà la haine il ne sort qu’un soupçon de souffrance
Mais rien ne la divise
J’ai actionné la sirène du premier mercredi du mois
Mais le ver qui rampait sous la plante aliénée
Un jour loin de  la vision de Jean Jaurès
M’a caressé la peau muant comme un lézard

Sophie Lucide, a-t-il gueulé, dégage !… Lire la suite

Song

J’entends une musique
Cristalline et sophistiquée
Echos contrariés à la clé de Sol
Take a walk on a wild side

Savant alliage d’un alchimiste
J’engage une partition
Autour d’un verbe que je décline
When I miss You

Tempo expérimental
Mêmes notes nouveau concept
J’enlace une douce menace
Is the nature of my game

Le temps de l’espace (et inversement)
Les lieux les visages
Dessinent la même histoire
Songs in the keys of life

d32075f6d78cc66e
Lire la suite

Affres paranoïdes à effets volcaniques

La nuit dégouline de beauté. Toutes ces étoiles convoquées…
Et cette lune extravagante dans le ciel encre de mes pensées
Si je me couche  avant l’aurore, quand passerai-je sur l’autre bord
Fermer les yeux sur cet orange ; papiers violets de volupté
Pattes de mouche déshabillées en entrechats distingués
Exercices de style sur demain ajourné
Ici s’étale pâle impudeur  horizontale, un blâme
Retirer son chapeau devant les aristos, saluer les vains mots du passé, s’encanailler sur des succès…
Papillonner
Dans le cocon bien chaud douillet où j’ai garé une drôle d’idée
Silence- démo au congélo
Choix d’une rime en placébo
Zéro

ciseauxLire la suite

Luna Vide

Une nuit Luna Vide parlait à sa pipe:
” Shalom, vaste pousse de débile oppulence
Sur toi j’appuie mes vers, messire qui me bippe,
Mue de coléoptère vêtu d’indifférence!

Je ne sais quand le col s’ouvrira sous la lame
De joie, le beurre se moule délicatement
Pour changer la résine en choisissant sa came
Bien que mon âme habile l’ignore royalement

Le plomb coule dans mes veines tandis que je m’élève
Aussi légère qu’une fade verveine
Qui brûle les mots qui fondent sur ma langue
Pour se désagréger au coeur sans foi d’alexandre

Les vois-tu ces phrases dillétantes
S’aligner sagement tandis que je m’oublie?… Lire la suite

Blues oiseux

_____________________________________________

Un serment tacite a trahi l’oraison muette qui
s’est envolée
je pose un doigt sur chaque miette,
pour empêcher la musique de monter
trop haut.

Un roman s’est enfoui dans le gris parfumé
du néant
les mots ont absorbé le vide
quand tout a été dit
écrit
et je ne veux pas suivre
imprimer le dégoût
trop tôt.… Lire la suite